[Art & culture]
Forêt (5)
[Géographie]
[Histoire]
   - Générale (9)
[Littérature]
[Marine]
[Médecine]
Pêche (6)
[Sciences naturelles]
[Tourisme]
 
 
les dix derniers livres
 
les auteurs
 
tri alphabétique des auteurs
 
 
archives
 
Recherche
 
Statistiques
 
Guide de l'utilisateur
 
Guide (format doc)
 
 
Arcachon - Cartes postales anciennes
 
Les pinasses du bassin
 
 
Le monde du silence (les dessous du bassin)
 
Arcachon : un guide
 
les Voiles d'Antan du bassin d'Arcachon
 
 
 
 






(les livres sont classés par ordre alphabétique d'auteur)

About Edmond
Titre du livre : Maître Pierre
Editeur : Librairie de L. Hachette et Cie. Bibliothèque des Chemins de Fer
Date de parution : 1858
"Les échasses de Maître Pierre" d’abord publié sous forme de feuilleton dans 31 numéros du Moniteur Universel à partir de janvier 1857 sera repris en 1858 par Hachette sous le titre simplifié et définitif de "Maître Pierre".
Texte fondateur de la prise de conscience des particularismes de notre région.
Jules Chambrelent est à la fois le dédicataire de l’œuvre et Maître Pierre.
Cet ouvrage est à rapprocher de "La mer" de Jules Michelet publié trois ans plus tard et qui est aux territoires des bords de mer ce qu’est "Maître Pierre" aux landes de Bordeaux.
Ville de parution : Paris
Nombre de pages : 307
11 07 2004 par Jean-Pierre Ardoin Saint Amand

Armandy André
Titre du livre : Les Cribleurs d'Océan
Editeur : Equinoxe Mémoire du Sud (Réédition)1997
Date de parution : Première parution 1929
André Armandy (1882-1958) est un auteur , bien oublié aujourd ‘hui, qui a connu son heure de gloire pendant l’entre deux guerres. C’était un amoureux du Cap Ferret à une époque où seuls les pêcheurs , les chasseurs et les originaux fréquentaient les étendues sauvages de sable et d’eau. de « la Pointe » . En 1924 et 1925 il passa des vacances à l'Hôtel de la Pointe, et construisit de ses propres mains, un ponton ancré au fond de la Lugue du Mimbeau, «  le « Bouge Pas »
Max Baumann, peu de temps avant sa mort, a pris l’initiative de rééditer l’un des meilleurs romans d’Armandy «  Les cribleurs d’Océan » , et il a ainsi donné une seconde jeunesse à ce « Crime et Châtiment » à l’arcachonnaise. Les paysages de la baie, la rude vie de ses marins- pêcheurs, servent de toile de fond à une sombre histoire d’amour, de mort et de vengeance, mais ici le cadre de la Tragédie c’est le Bassin, avec ses parcs à huîtres et ses passes meurtrières, l’instrument de la vengeance, une pinasse au nom magique «  la Muse » On trouvera avec bonheur dans ce livre des notations précises sur la rude existence des marins qui vivaient dans les pontons échoués du Cap Ferret ( leur langage , leurs techniques de pêche, leur code de l’honneur, leurs démêlés avec l’administration etc…) et quelques admirables descriptions de paysages, observés avec sobriété et poésie…

« Octobre égrena une à une ses paisibles journées de soleil et de calme plat…Octobre est au Ferret un reflet atténué de l’éclatant été, plus doux, plus mélancolique, peut-être, comme toutes les maturités, mais comme elles aussi , d’un charme plus profond. J’étais resté pour regarder s’empourprer les arbouses, les figues se velouter, les aiguilles de pin se givrer le matin de perles de rosée, les bidaous, les catalans et les bolets sortir de leur croûte de sable comme des gnomes encapuchonnés ; pour voir glisser les ailes étendues, les grues dans le ciel pâlissant, pour souhaiter, à coups de fusil bonne traversée aux palombes, et pour voir jaillir tout à coup d’une touffe de genêts le flo-flo-flop d’une bécasse; bref pour y déguster la vie au ralenti et en savourer les nuances… »


Ville de parution : Paris
22 10 2005 par Françoise et François Cottin

Balde Jean
Titre du livre : Le Goéland
Editeur : Plon Réédition L'Horizon chimèrique
Date de parution : 1926 1992
Jean Balde - de son vrai nom Jeanne Alleman - est née à Bordeaux en 1885. Celle que l'on a appelée "la George Sand girondine", est morte en 1938, après avoir été décorée de la Légion d'Honneur, par son ami François Mauriac. Sa vie fut teintée d'amertume, malgrè de nombreuses amitiés dans le cénacle littéraire bordelais, et un grand amour idéalisé et perdu pour le poète André Lafon, mort au champ d'honneur pendant la guerre de 14-18 . Jeanne vivra désormais comme "la Survivante" (titre de l'un de ses livres), et se réfugiera dans l'écriture.
L'un de ses meilleurs romans "le Goéland", est consacré aux pêcheurs et aux parqueurs du Bassin d'Arcachon, notamment ceux d'Arès. Pendant de longs mois, Jean Balde partagea leur vie quotidienne.
" Pour mieux me pénétrer de la véritable poésie du Bassin, écrira-t'elle , il m'a fallu du temps. J'ai pataugé avec eux sur les parcs, et partagé en toutes saisons leurs veillées nocturnes, leurs travaux, l'attente de la marée.J'ai levé avec eux les filets, chaussé les patins de bois. Blottie sous la
voile repliée en forme de tente sur l'épine dorsale du mât , j'ai guetté le lever du jour. Si je pouvais revivre une période de ma vie, je voudrais que ce fût celle-là."
Son livre reflète une attention sincère pour un pays et des hommes dont elle cherche à cerner l'identité sans complaisance, avec une sorte de tendresse
lucide. Ici, l'interêt est ailleurs que dans le drame individuel d'un enfant naturel caché par sa mère chez des parqueurs d'Arès, car Jean Balde se montre peintre autant qu'écrivain : ses pages sont composées à petites touches où chaque détail est enregistré par un oeil sensible et scrupuleux. Le roman décrit avec une précision quasi ethnographique, la vie des travailleurs de la mer du Bassin d'Arcachon, au début du vingtième siècle.
Nombre de pages : 252
12 12 2004 par Françoise et François Cottin

BASTIDE Maurice
Titre du livre : AU BASSIN D'ARCACHON
Editeur : LE MASQUE
Date de parution : 1961
Une enquête du Commissaire Bourret : l’histoire se déroule sur le Bassin d’Arcachon et met en scène les pêcheurs, les pinasses, le braconnage et une histoire de crime vieux de 10 ans. Toute l’ambiance du Bassin est admirablement rendue. Atmosphère de nuit, de pluie fine, de brumaille et de secrets comme tous les polars de la Collection Le Masque.
L'auteur Maurice Bastide a été Lauréat du Grand Prix d'Aventures 1954.
Cela commence ainsi : La pinasse dérivait lentement vers le fond du Bassin d'Arcachon. La marée amorçait son mouvement ascendant et le courant, à cet endroit à l'écart du chenal d'Arès, était à peine sensible......
Ville de parution : Paris
Nombre de pages : 241
28 12 2004 par Evelyne & Edgar Weiser

Belot Adolphe
Titre du livre : Fleur de crime
Editeur : E. Dentu
Date de parution : 1882
Voilà un roman de 1882 dont l’héroïne, une fois n’est pas coutume, est arcachonnaise.
Son auteur, Adolphe Belot, est un écrivain fort prolifique dans le genre roman populaire.
On ne sait pas grand-chose de lui, n’ayant jamais fait l’objet d’une biographie.
Wikipédia nous dit toutefois :

Adolphe Belot, né le 6 novembre 1829 à Pointe-à-Pitre et mort le 17 décembre 1890 à Paris, est un dramaturge et romancier français.
Élevé en France, au collège Sainte-Barbe, Belot fit sa licence à la Faculté de droit de Paris, et se fit inscrire, en 1854, au tableau des avocats de Nancy. Après plusieurs voyages dans les deux Amériques, il s’adonna aux lettres, en publiant, en 1855, le Châtiment, avant d’aborder le théâtre avec une comédie intitulée À la campagne (1857).
En 1859, il donna, en collaboration avec Pierre Villetard, le Testament de César Girodot, une des bonnes pièces du répertoire de l’Odéon, et qui compta plus de 500 représentations.
Belot écrivait de la littérature populaire à caractère, sinon érotique, du moins « coquin », comme Mademoiselle Giraud, ma femme, œuvre originale, bizarre, immorale, selon les uns, morale selon les autres, qui obtint un immense succès de curiosité et un tirage de 33 éditions, soit 66 000 exemplaires (1870). Il fut nommé chevalier de la Légion d'honneur en 1867.
Ville de parution : Paris
Nombre de pages : 404
12 03 2012 par Jean-Pierre Ardoin Saint Amand

<< Précédente 1 2 3 4 5 6 7 Suivante>>